Olga Adorno

OLGA ADORNO

Vit et travaille à Nice

« J’ai dit dans le livre sur les performances collectives que sans Olga Adorno, je n’aurai pas fait de performances. On sait qu’Olga a fait partie des plus grands happenings. On sait avec quelle facilité et quelle grâce, elle agit sur une scène – avec quelle facilité elle peut improviser. Je dirai que je suis le contraire d’Olga, elle m’a vraiment poussé » Jean DUPUY, 1995

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

    

"Sans titre", Olga Adorno, "Rideaux sur Loire", 2009

 

« Cette performance fut une sorte d’illustration d’un dessin du Dürer sur la perspective – un classique où l’on voit Dürer en train de dessiner un modèle – une vitre composée de carrés les sépare (technique utilisée à l’époque pour dessiner en perspective). J’ai fait la même chose – Olga allongée nue devant moi, sur le ventre - entre nous, un plexiglas quadrillé. J’étais assis devant une table à dessin à côté d’Olga qui était devant moi, et à côté d’elle un écran de télévision. Derrière moi se trouvait le mur en toile qui nous séparait du public. Et dans la toile le Grommet (un oeillet, un trou par lequel le voyeur pouvait regarder ce qui se passait derrière la toile). Quand quelqu’un regardait dedans, il voyait la scène que je viens de décrire. Il me voyait de dos. J’avais placé à l’extérieur - côté public – une caméra vidéo, cachée et qui envoyait l’image du voyeur sur l’écran de télévision. De sorte que dès qu’il y avait un observateur, l’oeil collé au Grommet, je voyais son profil, Olga le voyait aussi, par réflexion de l’écran de télévision sur le plexiglas. Nous étions Olga et moi occupés à regarder et à essayer de reconnaître les observateurs qui défilaient pratiquement sans interruption. Nous étions donc trois personnes en permanence à nous observer dans la cabine ». Jean DUPUY, 1995

 

"Grommet #3 "PERFORMANCE DUDU" OLGA ADORNO à J.D", 1980

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×